Des matières textiles toujours plus vertes ?

Les matières à base végétale comme la fibre de maïs, l’ananas, la pomme ou le caoutchouc naturel ont énormément d’atouts. Ces ressources naturelles consomment considérablement moins d’eau que le bœuf (origine du cuir si on doit le rappeler) et ne proviennent pas de l’industrie fossile comme le synthétique. Ces matières sont très souvent recyclables, pour certaines même biodégradables (le graal). Et on ne parle même pas de l’impact sur la cause animale. Bref ce sont des avancées industrielles significatives. Malgré cela il y a toujours des points d’amélioration.

L’impact environnemental d’un produit peut être vu sous plusieurs prismes et on peut identifier deux points d’amélioration concernant ces matières végétales :

L’impact carbone : Beaucoup de ces matières premières naturelles viennent de pays lointains (Asie, Brésil..) Forcément l’impact carbone lié à la fabrication européenne est encore trop élevé pour des semelles en gomme naturelle par exemple. 

Et si on étudiait des pistes pour développer de nouvelles solutions agricoles européennes?

On pourrait associer agriculture, biochimie et mode pour créer les vêtements et accessoires de demain !

Récemment un agriculteur nommé Marc Giovinazzo de la région du Var s’est lancé dans la culture de bananes. Et ça marche !! Il produit ses fruits bio sous une serre géantes de 300m2. Alors à quand des solutions innovantes pour créer des arbres d’hévéa européens et avoir un latex plus local?? Ou alors trouver de nouvelles alternatives plus proches comme l’ont étudié les biochimistes Sergre Planu et Daniel Ploch avec une mystérieuse plante russe qui pourrait à terme remplacer le latex ??

2e axe d’amélioration : Est-ce que la matière est renouvelable ?

L’élevage intensif du bœuf est responsable de 14% des émissions mondiales des gaz à effets de serre (source Greenpeace – FAO.org) Cette industrie a de terribles répercussions sur la déforestation notamment en Amazonie.

Le caoutchouc naturel venant directement des arbres peut créer le même type de problèmes. Travailler avec des plantations qui garantissent des conditions « fair trade » dans une démarche de développement durable est primordial

Il faut pouvoir garantir que la plantation ne provoque aucune déforestation. 

 

Enfin c’est bien beau d’utiliser des matières végétales pour nos sacs ou nos chaussures mais encore faut il s’assurer que ces pommes, champignons… ne vont pas manquer pour l’alimentation ou l’équilibre des éco-systèmes !! En autre mot est-ce que cette plante ou ce fruit/légume est renouvelable ?? Et à ce niveau, on doit dire que le maïs c’est fantastique !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés